Archives par mot-clé : industrie

AAC – Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) : histoire, acteurs, usages et configurations

Coordonné par Robert Nardone (HT2S, Cnam) et Catherine Radtka (UTBM)

Date de soumission des propositions : 22 octobre 2018 (voir ci-après pour les détails).

Cet appel est bilingue, voir le PDF infra pour la version anglophone. This is a bilingual call for papers, please see the PDF below for a translated version.

Argumentaire

              Née dans les laboratoires scientifiques, la captation photographique du mouvement fournit un instrument auquel ont recours, dans le dernier tiers du XIXe siècle, aussi bien un astronome comme Jules Janssen, un physiologiste comme Etienne-Jules Marey ou encore un médecin comme Eugène Louis Doyen (Mannoni 1994, 1997, 1999 ; Meunier 2017 ; Lefebvre 2004 ; Berthoz 2003). Si la dynamique des inventions techniques qui se succèdent au tournant du XXe siècle s’explique alors notamment par les besoins des scientifiques et les articulations qui s’établissent entre recherche et industrie (Hamery 2013), c’est le perfectionnement apporté par les industriels Auguste et Louis Lumière qui transforme l’outil, aussi bien dans ses usages que dans sa portée : les caméras sont alors produites industriellement en série, le film produit est projetable et reproductible, et le cinéma devient autant un art qu’une industrie.

              La naissance officielle du cinématographe est ainsi inaugurée par la diffusion de « La sortie de l’usine Lumière à Lyon », et c’est dans les locaux de La Société d’encouragement à l’industrie nationale qu’a lieu la première projection publique pour illustrer une conférence de Louis Lumière sur l’industrie photographique (Sadoul 1948, Rittaud-Hutinet, 1985) le 22 mars 1895. L’invention entre alors dans la sphère économique : tandis que les nombreuses projections précédentes destinées à un public de scientifiques, d’universitaires et d’industriels étaient gratuites celle du 28 décembre 1895 dans le Salon indien du Grand café est payante. Les relations qui s’établissent alors entre le secteur industriel, les entreprises et le cinéma sont plurielles.

              Parallèlement au développement d’une « industrie du cinéma », organisée autour d’une part de la production des outils cinématographiques et  d’autre part de la réalisation et diffusion des films, émergent aussi des usages industriels et plus largement des usages entrepreneuriaux du cinéma : réflexion sur les gestes ou l’organisation du travail (Hediger 2006), formation du personnel (Kouloumdjian et Armellino 1987), promotion de l’industrie ou de ses produits, voire des entreprises d’un territoire particulier (Michel 2016 ; Zimmermann 2006, 2008), rapports internes à l’entreprise (Hatzfeld, Michel & Rot 2006) sont servis ou donnent lieu à une production cinématographique particulière mais plurielle, allant de films commerciaux ou de propagande industrielle aux films pensés comme des outils d’investigation, en passant par les films d’entreprise (Heller 1999). 

              Alors que ces usages entrepreneuriaux se mettent en place de manières différenciées selon les contextes nationaux, le Cnam joue en France un rôle d’interface entre les acteurs –industriels, entrepreneurs, scientifiques – et l’industrie cinématographique. Ce rôle et cet intérêt du Cnam pour le cinéma sont si manifestes que des accords sont passés avec la firme Pathé dès 1919, et que Louis Lumière rejoint le Conseil d’administration du Cnam en 1925, alors que Léon Gaumont participe au Conseil de perfectionnement et contribue matériellement à l’enrichissement des collections de l’établissement.

              Ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam vise à regrouper des contributions portant sur les usages industriels et entrepreneuriaux du cinéma depuis les choix stratégiques d’élargissement d’activité effectués par des firmes comme la Société de plaques et papiers photographiques d’Antoine Lumière et fils, ou l’industrialisation de l’enregistrement du son par la société Pathé frères dans les années 1890 ou de matériel optique et photographique de la société L. Gaumont et Cie en 1895, jusqu’aux transformations qu’entraîne la généralisation de la télévision puis de la vidéo dans les années 1970. Il cherche ainsi à explorer les manières dont l’industrie et les entreprises ont pu se servir du cinématographe, ainsi que les organisations et productions auxquelles ces usages ont donné lieu.

              Nous souhaitons mettre en avant des contributions qui viseraient à répondre à ces questions (liste non exhaustive) pour la période concernée, à savoir entre les années 1890 et 1970 :

  • Comment l’invention du cinématographe est-elle intégrée dans des stratégies de développement de certaines firmes industrielles et par certaines entreprises commerciales ou de service ?
  • Comment les firmes industrielles et les entreprises s’organisent-elles pour développer une activité cinéma ? Quelles conséquences un tel choix entraîne-t-il ?
  • Comment le cinéma participe-t-il à la production de connaissances sur le travail au sein des entreprises industrielles ?
  • Comment le cinéma participe-t-il à la reconfiguration de l’organisation du travail dans les firmes industrielles et dans d’autres types d’entreprises ?
  • Comment l’innovation technique du cinématographe a-t-elle influé les pratiques managériales, les prises de décision et l’innovation au sein du secteur industriel et de l’entreprise?
  • Quels circuits de production et de distribution s’organisent autour des films d’entreprise ou des usages entrepreneuriaux du cinéma ?
  • Quelle place tiennent les commandes des industriels dans l’activité des professionnels du cinéma ? Peut-on à cet égard esquisser des éléments de comparaison internationale ou des évolutions temporelles ?
  • Comment les contraintes techniques (y compris dans leurs dimensions financières) interviennent-elles dans les usages que peuvent faire les entreprises du cinéma ? En particulier, le coût et le savoir-faire associés à l’emploi d’un matériel sophistiqué imposent-ils des partenariats avec les professionnels du cinéma ? Ces contraintes ont-elles pu être contournées par certaines entreprises ? Avec quelles conséquences ?
  • Quels sont les effets ou les contraintes liés aux circulations internationales des films industriels ?
  • Quelle est la place du cinéma dans la formation des ingénieurs et des techniciens dans les entreprises ? à partir de quand et dans quels types de formations cet outil est-il privilégié ?
  • Quelles relations entretiennent certains secteurs professionnels ou certaines entreprises avec l’image que donne d’eux le cinéma, y compris le cinéma de fiction ?

Soumission des propositions

Envoyer à l’adresse chcnam.cinema@gmail.com pour le 22 octobre 2018 une proposition d’article sous la forme :

  • titre et résumé – 3000 signes – précisant la méthodologie et les sources mobilisées
  • courte biographie de l’auteur. Les contributions académiques seront prioritaires, mais la revue publie également des témoignages de professionnels.

Les auteurs sont informés des propositions retenues courant novembre 2018.

Les articles complets sont à renvoyer pour le 15 janvier 2019.

Deux formats sont acceptés :

  • article long : 45 000 à 75 000 signes (prioritaires dans la procédure de sélection)
  • article court : 25 000 à 45 000 signes (état de l’art, situation bibliographique – par exemple)

For an English version, see PDF linked here (second part of the PDF).

AAC « Les ingénieurs qui lisent les bilans » : Savoirs techniques et gestionnaires au prisme de la comptabilité industrielle (1850-1950)

Ce numéro spécial des Cahiers d’histoire du Cnam portera sur l’orientation des missions des ingénieurs vers la rationalisation du processus productif au niveau des approvisionnements, dans l’écoulement des produits et dans la mobilisation du capital humain, et ce dans la phase de développement de la grande entreprise industrielle (années 1850-1950).

Appel à contribution pour les Cahiers d’histoire du Cnam : dossier thématique à paraître pour le volume 2018/2.

Coordonné par Marco Bertilorenzi (DISSGEA, Université de Padoue) et Ferruccio Ricciardi (CNRS, Lise-Cnam).

Argumentaire

Depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, dans une économie industrielle en pleine évolution, les missions des ingénieurs (notamment dans des secteurs comme la sidérurgie ou l’industrie minière) s’orientent de plus en plus vers la rationalisation du processus productif au niveau des approvisionnements, dans l’écoulement des produits et dans la mobilisation du capital humain. Ce n’est pas un hasard si, au tournant du XXe siècle, ce sont deux ingénieurs, Frederick Winslow Taylor et Henri Fayol, qui forgent le cœur conceptuel de la nouvelle « science de l’organisation » : la gestion des hommes s’inscrit en parallèle à la gestion des ressources, en alliant la capacité d’administrer les affaires courantes à la capacité de faire des prévisions et d’agir par anticipation. Ces nouveaux savoirs gestionnaires – encore flous et peu formalisés –, sont équipés de techniques et d’outils : courbes de Gantt, fiches de description des postes de travail, organigrammes, etc. Parmi ces outils, la comptabilité industrielle tient une place fondamentale du fait de sa capacité à servir à la fois le pilotage de l’entreprise et la gestion du personnel. Les besoins organisationnels de la grande entreprise vont main dans la main avec la nécessité de connaître et maîtriser les coûts, en sachant les anticiper, et contribuer, de cette façon, à la programmation de la production et des investissements. Les ingénieurs, en France comme à l’étranger, deviennent ainsi des figures centrales accompagnant la transformation gestionnaire des entreprises. Ce numéro des Cahiers d’Histoire du Cnam vise à recueillir des contributions portant sur les liens entre ingénieurs et comptabilité industrielle dans la phase de développement de la grande entreprise industrielle (années 1850-1950).

Plusieurs études ont désormais montré dans quelle mesure était pessimiste, voire erroné, le constat de l’historien Sidney Pollard selon lequel les prodromes de la « comptabilité de gestion » (management accounting) se situeraient au début du XXe siècle, lorsque commencent à se diffuser les principes de l’organisation scientifique du travail. En effet, les premières formes de comptabilité des coûts apparaissent avant le milieu du XIXe siècle au Royaume-Uni, en France et dans d’autres pays industrialisés. En témoignent l’analyse des pratiques comptables développées dans certains ateliers de production (notamment dans les secteurs de la métallurgie et des mines), alors même qu’on retrouve des éléments systématisés de réflexion – dans des manuels et traités spécialisés – au cours des décennies suivantes. Des auteurs comme les français Adolphe Guibault et Eugène Léauthey ou les britanniques Emile Garke et Jan M. Fells, par exemple, deviennent rapidement des « classiques » en la matière. Leurs ouvrages (et parfois même les traductions respectives) circulent dans les milieux des techniciens de la production. Ces derniers s’emparent des techniques d’analyse des coûts car ils recouvrent des enjeux à la fois organisationnels et professionnels.

Mesurer « combien ça coûte » revient en effet à évaluer comment chaque unité productive (ce qu’on appelle aujourd’hui « centres de coût ») contribue à la formation du coût de production et permet aussi d’exercer un contrôle majeur sur les hommes qui en sont responsables. Dans la nouvelle corporate economy qui s’affirme entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, où on assiste au développement du modèle de la grande entreprise, à son intégration verticale et horizontale et à la diffusion capillaire des méthodes d’innovation technologique, les ingénieurs commencent progressivement à dépasser leur simple tâche technique. Ils intègrent les bureaux de méthodes, spécialisés dans le calcul des coûts, et portent leur attention sur la dimension économique des coûts, en soulignant par exemple l’importance d’une proportion correcte entre frais de maintenance et valeur des machines ou la nécessité d’une répartition adéquate des frais généraux.

Apparaissent alors des éléments d’un conflit potentiel entre comptables et ingénieurs, le monopole du contrôle des coûts étant au cœur d’une « bataille juridictionnelle » au sein non seulement des entreprises, mais aussi du champ professionnel de la gestion qui est alors en train de se constituer. La maîtrise des détails techniques entre dans les enjeux liés à la création de la valeur et au contrôle des coûts en même temps que des nouvelles opportunités techniques sont ouvertes par l’organisation de l’innovation dans la grande entreprise. De cette appropriation du prix de revient par les ingénieurs découle l’inscription de la comptabilité industrielle parmi les outils privilégiés d’une gestion rationnelle des entreprises ainsi que la reconfiguration des fonctions mêmes de l’ingénieur au sein de celles-ci (et plus largement dans l’espace du conseil à l’entreprise). Ce phénomène apparemment marginal soulève plusieurs questions auxquelles l’histoire des techniques et des entreprises n’a su répondre que partiellement, et que ce dossier envisage d’approfondir à travers aussi bien des études empiriques originales que des études critiques sur la littérature managériale disponible.

Nous souhaitons mettre en avant des contributions qui viseraient à répondre à ces questions (liste non exhaustive) pour la période concernée, à savoir entre les années 1850 et 1950 :

  • Comment la rationalité technique des ingénieurs alimente-t-elle et façonne-t-elle la rationalité gestionnaire des administrateurs ?
  • Quelle est la place de la comptabilité industrielle dans la formation des ingénieurs et techniciens voués à la gestion des affaires d’entreprise ? A partir de quand et dans quels types de formations (écoles généralistes, formations complémentaires, etc.) la comptabilité industrielle est-elle enseignée ?
  • Est-ce que le Cnam a joué un rôle particulier dans la genèse et la légitimation des savoirs comptables de l’ingénieur ?
  • Comment les traditions comptables « nationales » influent-elles sur l’appréhension et le développement des techniques d’analyse des coûts ? Peut-on à cet égard esquisser des éléments de comparaison internationale ?
  • Quels sont les effets de circulation et d’hybridation de savoirs et techniques entre domaines, branches et aussi territoires ?
  • Comment le processus d’innovation technique a-t-il influé sur le processus d’approbation de la rationalité gestionnaire ? Avec quel processus de légitimation ?
  • Comment les techniques de contrôle des coûts participent-elles à la reconfiguration des enjeux professionnels et organisationnels au sein des entreprises ? Comment l’ingénieur-technicien s’est-il mué en organisateur-dirigeant en s’appuyant sur la maîtrise des coûts ?
  • Comment, en bref, les ingénieurs parviennent-ils à modifier le champ professionnel pour développer de véritables compétences gestionnaires qui deviendront par la suite des éléments constitutifs d’un socle cognitif commun, celui des managers ?

Bibliographie de référence :

Abbott A. (1988), The System of Profession. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, University of Chicago Press.

Bensadon D., Praquin N., Touchelay B. (dir.) (2016), Dictionnaire historique de comptabilité des entreprises, Lilles, Presses universitaires de Septentrion.

Bertilorenzi M., Passaqui J.-P., Garçon A.-F. (dir.) (2016), Entre technique et gestion. Une histoire des « Ingénieurs civils des mines » (XIXe-XXe siècles), Paris, Presses des Mines.

Burlaud A., Simon C.J. (2013), Le contrôle de gestion, Paris, La Découverte.

Fleishman R.K., Tyson T.N. (1993), « Cost accounting during the industrial revolution: the present state of historical knowledge », Economic history review, vol. XLVI, n° 3, pp. 503-517.

Kaplan R.S., Johnson H.T. (1987), Relevance Lost. The Rise and Fall of Management Accounting, Boston, Harvard Business School Press.

Hopper T., Amstrong P. (1991), « Cost accounting, controlling labour and the rise of conglomerates », Accounting, Organization & Society, vol. 16, n° 5/6, pp. 405-438.

Lefebvre P. (2003), L’invention de la grande entreprise. Travail, hiérarchie, marché. France, fin XVIIIe-début XXe siècle, Paris, PUF.

Loft A. (1986), « Towards a critical understanding of accounting: the case of cost accounting in the UK, 1914-1925 », Accounting, Organization & Society, vol. 11, n° 2, pp. 137-169.

McKenna C.D. (2006), The World’s Newest Profession. Management Consulting in the Twentieth Century, Cambridge, Cambridge University Press.

Miller P., Hopper T., Lauglin R. (1991), « The new accounting history: an introduction », Accounting, Organization & Society, vol. 16, n° 5/6, pp. 395-493.

Pezet A. (2009), « The history of the French Tableau de bord (1885-1975): evidence from the archives », Accounting, Business & Financial History, vol. 19, n° 2, pp. 103-125.

Pollard S. (1965), The Genesis of Modern Management. A Study of Industrial Revolution in Great Britain, Cambridge, Harvard University Press.

Zimnovitch H. (1996), « L’émergence des coûts standard aux Etats-Unis : 1830-1930. Pourquoi ? Quel enseignement pour la France ? », Entreprise et Histoire, n° 13, pp. 27-52.