Archives de catégorie : Bilingual

AAC – Capturer les savoirs pratiques : réinterroger les approches patrimoniales, ethnographiques et numériques

Appel à contribution pour les Cahiers d’histoire du Cnam : dossier thématique à paraître.

Coordonné par Arnaud Dubois (HT2S-Cnam/Ensa-Limoges/EnsadLab) & Xenophon Zabulis (Institute of Computer Science-FORTH).

This call for paper is bilingual. Please see the PDF linked below for more information (second half of the PDF).

Cet appel à article réinvestit une question qui se pose à la croisée du patrimoine des techniques, de l’anthropologie des savoirs pratiques et des sciences du numérique : comment enregistrer, documenter et exposer les savoirs pratiques ? Elle se repose aujourd’hui fortement à l’aune des technologies numériques – et de leur rencontre avec les arts et sciences de la médiation patrimoniale, comme les Cahiers d’histoire du Cnam (parmi tant d’autres publications) l’avaient exposé dans son volume 5 sur les musées scientifiques (2015/1). Il invite tant les chercheurs en sciences sociales et les professionnels du patrimoine que les ingénieurs et les chercheurs en informatique à proposer des études empiriques (voir modalités pratiques en fin d’appel) pour un numéro qui se voudra interdisciplinaire.

Lire la suite de l’argumentaire, les modalités de soumission et la bibliographie en version PDF.

AAC – Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) : histoire, acteurs, usages et configurations

Coordonné par Robert Nardone (HT2S, Cnam) et Catherine Radtka (UTBM)

Date de soumission des propositions : 22 octobre 2018 (voir ci-après pour les détails).

Cet appel est bilingue, voir le PDF infra pour la version anglophone. This is a bilingual call for papers, please see the PDF below for a translated version.

Argumentaire

              Née dans les laboratoires scientifiques, la captation photographique du mouvement fournit un instrument auquel ont recours, dans le dernier tiers du XIXe siècle, aussi bien un astronome comme Jules Janssen, un physiologiste comme Etienne-Jules Marey ou encore un médecin comme Eugène Louis Doyen (Mannoni 1994, 1997, 1999 ; Meunier 2017 ; Lefebvre 2004 ; Berthoz 2003). Si la dynamique des inventions techniques qui se succèdent au tournant du XXe siècle s’explique alors notamment par les besoins des scientifiques et les articulations qui s’établissent entre recherche et industrie (Hamery 2013), c’est le perfectionnement apporté par les industriels Auguste et Louis Lumière qui transforme l’outil, aussi bien dans ses usages que dans sa portée : les caméras sont alors produites industriellement en série, le film produit est projetable et reproductible, et le cinéma devient autant un art qu’une industrie.

              La naissance officielle du cinématographe est ainsi inaugurée par la diffusion de « La sortie de l’usine Lumière à Lyon », et c’est dans les locaux de La Société d’encouragement à l’industrie nationale qu’a lieu la première projection publique pour illustrer une conférence de Louis Lumière sur l’industrie photographique (Sadoul 1948, Rittaud-Hutinet, 1985) le 22 mars 1895. L’invention entre alors dans la sphère économique : tandis que les nombreuses projections précédentes destinées à un public de scientifiques, d’universitaires et d’industriels étaient gratuites celle du 28 décembre 1895 dans le Salon indien du Grand café est payante. Les relations qui s’établissent alors entre le secteur industriel, les entreprises et le cinéma sont plurielles.

              Parallèlement au développement d’une « industrie du cinéma », organisée autour d’une part de la production des outils cinématographiques et  d’autre part de la réalisation et diffusion des films, émergent aussi des usages industriels et plus largement des usages entrepreneuriaux du cinéma : réflexion sur les gestes ou l’organisation du travail (Hediger 2006), formation du personnel (Kouloumdjian et Armellino 1987), promotion de l’industrie ou de ses produits, voire des entreprises d’un territoire particulier (Michel 2016 ; Zimmermann 2006, 2008), rapports internes à l’entreprise (Hatzfeld, Michel & Rot 2006) sont servis ou donnent lieu à une production cinématographique particulière mais plurielle, allant de films commerciaux ou de propagande industrielle aux films pensés comme des outils d’investigation, en passant par les films d’entreprise (Heller 1999). 

              Alors que ces usages entrepreneuriaux se mettent en place de manières différenciées selon les contextes nationaux, le Cnam joue en France un rôle d’interface entre les acteurs –industriels, entrepreneurs, scientifiques – et l’industrie cinématographique. Ce rôle et cet intérêt du Cnam pour le cinéma sont si manifestes que des accords sont passés avec la firme Pathé dès 1919, et que Louis Lumière rejoint le Conseil d’administration du Cnam en 1925, alors que Léon Gaumont participe au Conseil de perfectionnement et contribue matériellement à l’enrichissement des collections de l’établissement.

              Ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam vise à regrouper des contributions portant sur les usages industriels et entrepreneuriaux du cinéma depuis les choix stratégiques d’élargissement d’activité effectués par des firmes comme la Société de plaques et papiers photographiques d’Antoine Lumière et fils, ou l’industrialisation de l’enregistrement du son par la société Pathé frères dans les années 1890 ou de matériel optique et photographique de la société L. Gaumont et Cie en 1895, jusqu’aux transformations qu’entraîne la généralisation de la télévision puis de la vidéo dans les années 1970. Il cherche ainsi à explorer les manières dont l’industrie et les entreprises ont pu se servir du cinématographe, ainsi que les organisations et productions auxquelles ces usages ont donné lieu.

              Nous souhaitons mettre en avant des contributions qui viseraient à répondre à ces questions (liste non exhaustive) pour la période concernée, à savoir entre les années 1890 et 1970 :

  • Comment l’invention du cinématographe est-elle intégrée dans des stratégies de développement de certaines firmes industrielles et par certaines entreprises commerciales ou de service ?
  • Comment les firmes industrielles et les entreprises s’organisent-elles pour développer une activité cinéma ? Quelles conséquences un tel choix entraîne-t-il ?
  • Comment le cinéma participe-t-il à la production de connaissances sur le travail au sein des entreprises industrielles ?
  • Comment le cinéma participe-t-il à la reconfiguration de l’organisation du travail dans les firmes industrielles et dans d’autres types d’entreprises ?
  • Comment l’innovation technique du cinématographe a-t-elle influé les pratiques managériales, les prises de décision et l’innovation au sein du secteur industriel et de l’entreprise?
  • Quels circuits de production et de distribution s’organisent autour des films d’entreprise ou des usages entrepreneuriaux du cinéma ?
  • Quelle place tiennent les commandes des industriels dans l’activité des professionnels du cinéma ? Peut-on à cet égard esquisser des éléments de comparaison internationale ou des évolutions temporelles ?
  • Comment les contraintes techniques (y compris dans leurs dimensions financières) interviennent-elles dans les usages que peuvent faire les entreprises du cinéma ? En particulier, le coût et le savoir-faire associés à l’emploi d’un matériel sophistiqué imposent-ils des partenariats avec les professionnels du cinéma ? Ces contraintes ont-elles pu être contournées par certaines entreprises ? Avec quelles conséquences ?
  • Quels sont les effets ou les contraintes liés aux circulations internationales des films industriels ?
  • Quelle est la place du cinéma dans la formation des ingénieurs et des techniciens dans les entreprises ? à partir de quand et dans quels types de formations cet outil est-il privilégié ?
  • Quelles relations entretiennent certains secteurs professionnels ou certaines entreprises avec l’image que donne d’eux le cinéma, y compris le cinéma de fiction ?

Soumission des propositions

Envoyer à l’adresse chcnam.cinema@gmail.com pour le 22 octobre 2018 une proposition d’article sous la forme :

  • titre et résumé – 3000 signes – précisant la méthodologie et les sources mobilisées
  • courte biographie de l’auteur. Les contributions académiques seront prioritaires, mais la revue publie également des témoignages de professionnels.

Les auteurs sont informés des propositions retenues courant novembre 2018.

Les articles complets sont à renvoyer pour le 15 janvier 2019.

Deux formats sont acceptés :

  • article long : 45 000 à 75 000 signes (prioritaires dans la procédure de sélection)
  • article court : 25 000 à 45 000 signes (état de l’art, situation bibliographique – par exemple)

For an English version, see PDF linked here (second part of the PDF).

AAC – musées scientifiques et techniques

Appel à contribution pour un numéro spécial sur les musées scientifiques et techniques à paraître en juin 2016 (vol.5, 2016/1).

Coordonné par :

Rebecca Amsellem (Economie et Société/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et HT2S/Cnam),

Serge Chambaud (Président de l’Association Française pour l’Avancement des Sciences, ex-directeur du Musée des arts et métiers et HT2S/Cnam),

Dominique Poulot (HiCSA/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Le musée est une institution chargée d’acquérir, de préserver et de transmettre ses collections. Au delà de ces fonctions historiques, le musée a également pour prérogative de valoriser sa collection auprès d’un public et de favoriser les recherches du secteur scientifique ou artistique sur le sujet. Et les fonctions muséales continuent de se développer. Ainsi, les études en prospective soulignent que le musée en 2020 seront des lieux d’expériences individuelles et collectives prenant la forme de « centres de créativité et d’entreprenariat local » (Anderson et al. 2015), ainsi que des lieux où pourrait se développer « le faire » (pratiques professionnelles et amateurs liées au hacking) (Lallement, 2015). Fort de ces nouvelles fonctions, on peut également imaginer que le musée ne soit plus uniquement le “gardien” des collections mais devienne également un lieu de passage des oeuvres.

Quels sont les indices qui aujourd’hui pourraient confirmer ou infirmer les hypothèses formulées dans les études en prospective ? Ainsi, l’objectif est de proposer un état de l’art actuel de la recherche portant sur les musées scientifiques et techniques et comprendre les évolutions tendancielles des fonctions muséales.

Ce numéro spécial des Cahiers d’histoire du Cnam porte sur les musées scientifiques et techniques, à savoir les institutions muséales ayant pour fonction d’enrichir, de valoriser et de transmettre leurs collections d’objets techniques et / ou scientifiques. L’objectif est de présenter divers aspects de la recherche et du développement des musées scientifique et technique: principalement autour de la question des collections, de leur gestion (Benhamou, 2012) à leur production (par exemple les expositions centrées sur le visiteur) (Eidelman, 1992), mais aussi autour des stratégies de développement des musées (Greffe et Krebs, 2010 ; Ballé, Poulot, et Mazoyer 2004 ; Amsellem, 2013), ainsi que des nouvelles pratiques de médiation au prisme des technologies numériques. L’analyse peut être synchronique (dans une perspective comparative) mais également diachronique (intégrant une dimension historiographique). Les articles ayant pour objet le Musée des arts et métiers ou une collaboration avec le musée seront particulièrement appréciés.

La discipline de référence et les méthodes sont au choix de l’auteur, qui les précisera de manière explicite dans sa proposition : économie (du patrimoine, de l’expérience, de l’immatériel), sociologie (des publics, de la culture, du loisir), patrimoine (muséologie, conservation du patrimoine), histoire (des institutions, des sciences et des techniques), information et communication (médiation, médiologie) etc. (liste non exhaustive). Parmi les sujets possibles:

•Le rôle du Musée des arts et métiers.

•Renouvellement de la médiation au musée.

•Les rôles respectifs desexpositions permanentes et temporaires.

•Constitution des collections au Cnam.

•Le musée, lieu d’expérience et d’expérimentation du faire.Modalités de soumission et d’évaluation.

Cet appel s’adresse aux chercheurs et doctorants dans une perspective transdisciplinaire, mais également aux professionnels des musées. La sélection des contributions au numéro s’effectue en deux temps. Une première sélection est effectuée par les coordinateurs sur la base des propositions reçues, sélection qui ne garantit pas publication finale. Les auteurs dont les propositions sont acceptées soumettent dans un deuxième temps un article complet (autour de 50 000 signes) qui est évalué par un comité de lecture constitué ad hoc.

Bibliographie de l’appel

Anderson D. et al. “What should our museums look like in 2020?”, 16 mars 2015, The Guardian (en ligne).

Amsellem R. “International Touring Exhibitions: Toward a Profitable Business Model for Exhibitions?” The Journal of Arts Management, Law, and Society,n°43 2013/1, pp. 36-57.

Ballé C., Poulot D., et Mazoyer M.-A. Musées en Europe : une mutation inachevée. Paris : La Documentation Française, 2004.

Cuenca C., Thomas Y., et Ballé C. Le patrimoine scientifique et technique contemporain : un programme de sauvegarde en Pays de la Loire. Paris :L’Harmattan, 2005.

Benhamou F. (2014). “Patrimoine: les contradictions d’uneépoque.” Le Journal des arts, n°43 2014/1, pp.36-57.

Eidelman J. “Qui fréquente les musées à Paris? Une sociographie des publics des musées de France.” Publics et Muséesn°2 2012/1, pp.19–47.

Greffe X., et Krebs A. Les relations entre les musées et les municipalités en Europe. Rapport du Groupement d’analyse politique E=MU2, 2010.

LallementM.L’Âge du faire : hacking, travail, anarchie, Paris : Seuil, 2015.Mairesse F. Le musée hybride. Paris : La documentation française / Musées-Monde, 2010